De l’instabilité à la coopération mondiale: solutions pour une nouvelle décennie

03

Mai

9h à 11h30

Table ronde 1. Entre unilatéralisme et multilatéralisme : quid de la coopération au 21e siècle?

À l’ère de la pandémie de COVID-19 et de l’urgence climatique, et alors que la coopération internationale est de plus en plus nécessaire pour affronter les problèmes qui font fi des frontières, c’est plutôt l’affirmation de la puissance et de la souveraineté des États qui semble régner à l’échelle internationale. Que l’on décrive la situation comme une crise de l’ordre libéral international ou qu’on l’associe aux velléités d’une Chine qui «se réveille» ou à celles d’une Russie qui veut regagner sa place sur l’échiquier international, le multilatéralisme cède le pas à l’unilatéralisme. Comment réfléchir à l’équilibre précaire entre la réalité d’un unilatéralisme grandissant et la nécessité d’un multilatéralisme chancelant?

Cleo Paskal, chercheure associée, Chatham House

Cleo Paskal est chercheure associée à Chatham House (Londres), senior fellow à la Fondation pour la défense des démocraties (Washington), chercheure associée à la Fondation Trudeau et chercheure invitée au CÉRIUM. Elle a également enseigné au Collège militaire de l’armée (États-Unis), au Collège royal de la défense (Royaume-Uni), au Collège national de la défense (Inde) et au Collège national de la défense (Oman).

Jean-François Lépine, directeur des représentations du Québec en Chine

Jean-François Lépine dirige une équipe de 22 employés répartis dans quatre villes de Chine: Pékin, Shanghai, Shenzhen et Qingdao. Avant ce poste, il a connu une longue carrière de journaliste et d’animateur de télévision. Il a travaillé pour la Société Radio-Canada de 1971 à 2013, pour laquelle il a notamment été correspondant à Pékin (1983-1986), Paris (1986-1988) et Jérusalem (1988-1990).

Alexandra de Hoop Scheffer, directrice, German Marshall Fund of the United States

Alexandra de Hoop Scheffer est directrice de recherche pour la sécurité transatlantique et directrice du bureau parisien du German Marshall Fund of the United States (GMF). Elle est spécialiste de la géopolitique, de la sécurité internationale, des relations transatlantiques, de la politique étrangère américaine, de la politique étrangère française et des affaires européennes.

Modérateur : Philippe Bourbeau, directeur de l’École supérieure d’études internationales de l’Université Laval

Philippe Bourbeau est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l’immigration et la sécurité, et professeur agrégé au Département de science politique de l’Université Laval. Ses travaux s’appuient sur une approche multidisciplinaire des études internationales et portent sur un vaste ensemble d’enjeux dont sur la sécuritisation des migrations, le pouvoir des chiffres en gouvernance mondiale, la résilience appliquée à la politique mondiale, l’approche de la pratique en gouvernance globale et la théorisation pluridisciplinaire de la sécurité.

04

Mai

9h à 10h30

Le triomphe de l’injustice: richesse, évasion fiscale et démocratie. Grande entrevue avec l’économiste Gabriel Zucman.

13h à 15h

Panel étudiant

Gabriel Zucman, Université de Californie à Berkeley

Gabriel Zucman est professeur d’économie à l’Université de Californie à Berkeley. Ses travaux portent sur l’accumulation, la répartition et la préservation des richesses dans une perspective mondiale et historique. Il est le coauteur de Le triomphe de l’njustice: richesse, évasion fiscale et démocratie (Seuil, 2020), ouvrage sur lequel portera l’entretien. Il est également auteur de La richesse cachée des nations: enquête sur les paradis fiscaux (Seuil, 2017).

Entrevue menée par : Éric Desrosiers, Le Devoir

Éric Desrosiers est journaliste au quotidien Le Devoir depuis 1998. Il s’est joint à la section économie en 2001. Outre l’actualité, il s’intéresse notamment aux impacts économiques, politiques et sociaux de grands phénomènes tels que la mondialisation, l’ascension des économies émergentes, les défis du développement durable, les nouvelles technologies et le choc démographique.

05

Mai

9h à 11h30

Table ronde 2. Le nationalisme et la mondialisation économiques dans l’après-COVID

Le lien entre sécurité et économie n’est plus à démontrer. Aujourd’hui, le réveil d’un nationalisme économique associé à la crise sanitaire est également chose claire. Depuis la déclaration de pandémie en mars 2020, tous les pays qui en ont les moyens se sont livrés à une compétition féroce pour s’approvisionner en matériel de protection puis en vaccins. Alors que la pandémie ravageait les économies nationales et déstructurait les chaînes de production et d’approvisionnement transnationales, les réponses de plusieurs pays se sont articulées autour d’un nationalisme, voir protectionnisme, économique. Quel est et sera l’impact de la crise sur la mondialisation économique?

Tania Sollogoub, Crédit agricole

Responsable des pays émergents et des risques géopolitiques à la Direction des Études économiques du groupe Crédit Agricole, Tania Sollogoub a également dirigé le master finance de Sciences Po Paris, y enseigne toujours l’économie, et a été membre du jury à l’École nationale d’administration. Elle se spécialise sur les questions d’intégration des risques géopolitiques dans les méthodes et outils d’analyse des banques. En parallèle, Tania a publié plusieurs romans.

Philippe Le Corre, Université Harvard

Spécialiste des questions chinoises et asiatiques, senior research fellow à l’Institut de recherche et d’enseignement sur la négociation), professeur invité à l’ESSEC et chercheur associé à la Fondation pour la recherche stratégique, Philippe Le Corre est aussi research fellow à la Harvard Kennedy School, associate in research au John K. Fairbank Center for Chinese Studies à Harvard et nonresident senior fellow au Carnegie Endowment for International Peace. Il a occupé dans le passé la fonction de conseiller pour les affaires internationales du ministre français de la Défense.

Zakaria Sorgho, Université Laval

Chercheur associé au Centre d’études pluridisciplinaires sur le commerce et les investissements internationaux (CEPCI) de l’Université Laval et senior fellow de la Fondation pour les études et recherches sur le développement international (FERDI) en France, Zakaria Sorgho a travaillé pour différentes institutions publiques et privées en Afrique, en Europe et au Canada.

Modérateur : Frédéric Mérand, CÉRIUM

Directeur du CÉRIUM, Frédéric Mérand est un spécialiste de politique européenne et de sociologie des relations internationales. Ancien conseiller de politique étrangère, il a été professeur invité à Sciences Po Paris et aux universités de Toronto, Strasbourg, Toulouse, Lille et Guido Carli de Rome. Ses recherches actuelles portent sur les relations entre l’Europe et la Russie, la politisation de l’Union européenne et le déclin des grandes puissances.

06

Mai

9h à 10h30

Grande entrevue avec Oscar Fernandez-Taranco, Sous-Secrétaire général des Nations Unies pour l’appui à la consolidation de la paix

13h à 15h

Présentation notes politiques étudiantes

Oscar Fernandez-Taranco, Sous-Secrétaire général des Nations Unies pour l’appui à la consolidation de la paix

À ce poste depuis 2014, Oscar Fernandez-Taranco a une vaste expérience dans la gestion politique des opérations complexes du développement, de la consolidation de la paix, des droits de l’homme et des opérations humanitaires en Afrique, en Amérique latine, dans les Caraïbes, au Moyen-Orient, en Asie-Pacifique et en Europe. Il a auparavant occupé des postes de direction au sein de plusieurs instances de l’ONU en Tanzanie, en Cisjordanie, à Gaza, pour le Bureau régional pour les États arabes et en Haïti.

Entrevue menée par : Marie-Joëlle Zahar, directrice scientifique, Forum St-Laurent 

Marie-Joelle Zahar est directrice scientifique du Réseau de recherche sur les opérations de paix, chercheure au CÉRIUM et professeure de science politique à l’Université de Montréal. Spécialiste de l’étude des groupes armés non-étatiques, de la violence dans les transitions guerre-paix, et du partage de pouvoir comme mode de résolution des conflits, elle a été membre de l’équipe de veille d’experts en médiation des Nations unies, au Département des affaires politiques, où elle fait toujours partie du registre des experts en médiation.

07

Mai

9h à 11h30

Table ronde 3. Les défis géopolitique et géoéconomique au Canada et au Québec

Les bouleversements de la scène internationale en 2020-2021 ont révélé la vulnérabilité des États. Certains sont plus vulnérables que d’autres, soit parce qu’ils n’ont pas les moyens de se défendre ou encore parce qu’ils dépendent trop fortement, pour leur prospérité et leur sécurité, de dynamiques sur lesquelles ils n’ont pas complètement prise. Au Québec et au Canada, les dernières années ont montré que nous ne pouvons plus présumer de la convergence des intérêts avec notre voisin américain, et que nous sommes dans la mire de la Chine depuis l’affaire Huawei et potentiellement de la Russie, avec l’impact des changements climatiques dans l’Arctique. Comment appréhender ces défis géopolitiques et géoéconomiques?

Marc-André Blanchard, Caisse de dépôt et placement du Québec

Premier vice-président et chef de CDPQ mondial, Marc-André Blanchard est responsable des trois grandes directions régionales de la Caisse de dépôt et placement du Québec: États-Unis/Amérique latine, Europe et Asie-Pacifique. Avant de se joindre à la CDPQ en septembre 2020, M. Blanchard a été ambassadeur et représentant permanent du Canada aux Nations Unies à New York de 2016 à 2020.

Laurence Deschamps-Laporte, Université de Montréal

Laurence Deschamps-Laporte est professeure et chercheure invitée au département de science politique de l’Université de Montréal et au CÉRIUM. Elle a conseillé trois ministres canadiens des Affaires étrangères et était récemment la directrice de cabinet du ministre François-Philippe Champagne. Auparavant, elle était consultante chez McKinsey & Cie et œuvrait auprès d’organismes philanthropiques et du secteur public à travers le monde. Mme Deschamps-Laporte détient un doctorat et une maîtrise de l’Université d’Oxford, où elle était boursière Rhodes. Elle était également boursière Morehead-Cain à l’Université de la Caroline du Nord à Chapel Hill. Elle est spécialiste du Moyen-Orient, des mouvements islamistes et du salafisme, et s’intéresse à l’étude de la politique étrangère canadienne et au féminisme dans les relations internationales.

Justin Massie, Université du Québec à Montréal

Justin Massie est professeur titulaire de science politique à l’Université du Québec à Montréal et co-directeur du Réseau d’analyse stratégique. Il fut titulaire de la Chaire de recherche Fulbright sur les relations canado-américaines à la Paul H. Nitze School of Advanced International Studies (SAIS), Johns Hopkins University, en 2019. Ses recherches portent sur les interventions militaires multinationales, la transition mondiale de la puissance, la paradiplomatie et la politique étrangère et de défense du Canada.

Roland Paris, Université d’Ottawa

Roland Paris est professeur d’affaires internationales à l’École supérieure d’affaires publiques et internationales de l’Université d’Ottawa, chercheur associé de Chatham House et ancien conseiller principal en affaires mondiales et défense auprès du premier ministre du Canada. Ses recherches sur la sécurité internationale, la consolidation de la paix et la politique étrangère lui ont valu plusieurs distinctions, dont le prix Grawemeyer pour les idées vouées à l’amélioration de l’ordre mondial. Il a également reçu quatre prix pour l’enseignement et trois pour son apport à la fonction publique.

Modérateur : Frédérick Gagnon, Chaire Raoul-Dandurand

Titulaire de la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques de l’Université du Québec à Montréal, Frédérick Gagnon est également directeur de l’Observatoire sur les États-Unis et de l’Observatoire des conflits multidimensionnels, ainsi que professeur au département de science politique de l’UQÀM. Ses recherches portent notamment sur la vie politique et les institutions politiques aux États-Unis, sur la politique étrangère américaine et sur les relations entre le Québec et les États-Unis.