Édition 2020


De l’instabilité à la coopération mondiale:
solutions pour une nouvelle décennie

En raison de la COVID-19 et des contraintes de mouvement et de rassemblement qui s’imposent au Québec et ailleurs dans le monde, nous avons été dans l’obligation de reporter à 2021 la sixième édition du FSL, qui devait se tenir à Montréal les 7 et 8 mai.

Mais en attendant, nous avons réuni des experts autour de deux panels virtuels, afin d’analyser les conséquences économiques et géopolitiques de la pandémie.

 

L’économie mondiale à l’heure de la Covid-19

Panel animé par Frédérick Gagnon, professeur de science politique à l’UQÀM et titulaire de la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques.

Intervenants

Geneviève Dufour
, professeur de droit à l’Université de Sherbrooke
Stéphane Paquin, professeur à l’École nationale d’administration publique et directeur du GÉRIQ
Krzysztof Pelc, professeur de science politique à l’Université McGill

Richard Ouellet, professeur à la faculté de droit de l’Université Laval

 

Le multilatéralisme mis à l’épreuve par la pandémie

Panel animé par Marie-Joëlle Zahar, professeure de science politique à l’Université de Montréal, directrice du Réseau de recherche sur les opérations de paix, chercheure au CÉRIUM et codirectrice scientifique du FSL.

Intervenants

Jennifer Welsh, titulaire de la Chaire de recherche Canada 150 sur la gouvernance globale et la sécurité à l’Université McGill et chercheure senior à Somerville College (Université d’Oxford).
Paul-Simon Handy, directeur la division de la prévention des conflits et de l’analyse de risque à l’Institute for Security Studies
Justin Massie, professeur de science politique à l’UQÀM et codirecteur du Réseau d’analyse stratégique

 


L’économie mondiale à l’heure de la Covid-19

Intervenants

Richard Ouellet est professeur de droit international économique à la Faculté de droit, membre de l’École supérieure d’études internationales (ÉSÉI) de l’Université Laval, à Québec, et directeur du Centre d’études pluridisciplinaires en commerce et investissements internationaux (CEPCI). Il est avocat et membre du Barreau du Québec depuis 1992. Ses enseignements et projets de recherche actuels portent sur l’intégration économique en Amérique du Nord, les nouveaux accords de partenariat économique, la résurgence de la notion de traités-contrats en droit international économique et la réforme du système de règlement des différends de l’Organisation mondiale du commerce. Le professeur Ouellet est également codirecteur de la revue Études Internationales.

Stéphane Paquin est professeur à l’École nationale d’administration publique. Il est directeur du Groupe d’études et de recherche sur l’international et le Québec (GÉRIQ) et codirecteur de la collection «Politique mondiale» aux Presses de l’Université de Montréal. Il a rédigé, corédigé ou dirigé 33 livres ou revues scientifiques, et publié une centaine d’articles sur l’économie politique internationale, la réforme de l’État et la social-démocratie, et la politique internationale des États fédérés. Il a obtenu de nombreuses bourses prestigieuses, en plus d’une Chaire de recherche du Canada et d’une Fulbright distinguished Chair à la State University of New York. Il a été sélectionné en 2008 par l’International Visitor Leadership Program du State Department du gouvernement américain. Il a également été le président du comité local d’organisation du Congrès mondial de science politique de 2014, à Montréal.

Krzysztof Pelc est professeur au département de science politique à l’Université McGill. Ses recherches portent sur l’économie politique internationale, le commerce international et le droit économique international. Son livre, Making and Bending International Rules (Cambridge Press), examine comment le droit international traite de l’état d’exception. Il a par ailleurs publié une trentaine d’articles scientifiques, près de dix chapitres de livre et intervient régulièrement dans les médias, dont Le Devoir, CTV News, France 24, The Hill, Montreal Gazette et Washington Post. Il a reçu en 2017 le prix ​​de la Faculté des arts de McGill pour l’excellence en recherche. 

Geneviève Dufour est professeure à la Faculté de droit de l’Université de Sherbrooke et directrice du programme de maîtrise en droit, cheminement droit international et politique internationale appliqués, en plus d’être membre du Barreau du Québec depuis 2002. Elle est spécialiste de droit international économique et de droit international public. Ses recherches se concentrent sur les questions relevant du droit du libre-échange ainsi que des interactions entre le commerce international, le droit de l’environnement et les droits de la personne. Dans ce cadre, elle travaille en collaboration avec de nombreuses entreprises en matière de conformité douanière et de droit du commerce international. En 2018, elle a reçu le prix Tremplin en recherche et création de l’Université de Sherbrooke pour sa contribution exceptionnelle à la recherche. Elle est présidente de la Société québécoise de droit international, membre du Conseil d’orientation du Réseau francophone de droit international, membre du comité de direction de la Revue québécoise de droit international et membre du conseil d’administration du Conseil canadien de droit international. Elle est aussi membre du Comité scientifique du consortium international de recherche sur la gouvernance des grands projets d’infrastructure KHEOPS, et membre du comité directeur et directrice scientifique de la simulation de l’Organisation de l’aviation civile internationale. Elle assume la codirection du Bureau d’assistance juridique internationale, qu’elle a cofondé et dans le cadre duquel elle intervient devant les tribunaux internationaux. Elle agit comme observatrice des négociations commerciales menées sous l’égide de l’OMC depuis 2013.


Le multilatéralisme mis à l’épreuve par la pandémie

Intervenants:

Paul-Simon Handy dirige la Division de la prévention des conflits et de l’analyse de risque à l’Institute for Security Studies, think tank de premier plan sur le continent africain. Auparavant, il était directeur de la recherche et directeur exécutif adjoint auprès de la même organisation. Ses intérêts de recherche actuels portent sur le rôle des régimes de sécurité collectifs et sur l’Afrique dans un monde en mutation. Paul-Simon Handy a été professeur à l’Université libre de Berlin et Visiting Fellow au think tank  Stiftung Wissenschaft und Politik, à Berlin. Il est membre du comité éditorial de l’African Security Review, directeur adjoint de l’Observatoire de l’Afrique et professeur invité au département de science politiques de l’Université Rhodes à Grahamstown, en Afrique du Sud.

Justin Massie est professeur de science politique à l’Université du Québec à Montréal et codirecteur du Réseau d’analyse stratégique. Il a été directeur de recherche au Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) et titulaire de la Chaire de recherche Fulbright sur les relations canado-américaines à la Paul H. Nitze School of Advanced International Studies (SAIS) de l’Université Johns Hopkins en 2019. Ses recherches portent sur les interventions militaires multinationales, la transition mondiale de la puissance, la paradiplomatie et la politique étrangère et de défense du Canada. Il est l’auteur de Francosphère : l’importance de la France dans la culture stratégique du Canada (PUQ, 2013) et a codirigé Paradiplomatie identitaire : nations minoritaires et politique extérieure (PUQ, 2019) et America’s Allies and the Decline of U.S. Hegemony (Routledge, 2019).

Jennifer Welsh est titulaire de la Chaire de recherche Canada 150 sur la gouvernance globale et la sécurité à l’Université McGill et chercheure senior à Somerville College (Université d’Oxford). Elle a occupé les postes de professeure et titulaire de la Chaire en relations internationales à l’Institut universitaire européen à Florence, et de professeure de relations internationales à l’Université Oxford, où elle a cofondé l’Institut pour l’éthique, le droit et les conflits armés. De 2013 à 2016, elle a été conseillère spéciale du Secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon sur la Responsabilité de protéger. La professeure Welsh est auteure, co-auteure et directrice de plusieurs livres et articles sur l’intervention humanitaire, l’évolution de la notion de responsabilité de protéger dans la société internationale, le Conseil de sécurité de l’ONU et la politique étrangère canadienne. Parmi ses ouvrages les plus récents, on compte The Return of History: Conflict, Migration and Geopolitics in the 21st century (House of Anansi Press 2016) et The Responsibility to Prevent: Overcoming the Challenges of Atrocity Prevention (Oxford University Press, 2015). Récipiendaire d’un Leverhulme Trust Research Fellowship et d’une bourse de la Fondation Trudeau, elle a dirigé un projet financé par le Conseil de recherche européen intitulé The Individualisation of War: Reconfiguring the Ethics, Law and Politics of Armed Conflict entre 2014 et 2019. Jennifer Welsh est membre du conseil du Global Centre for the Responsibility to Protect de la Fondation Trudeau et de l’Institut d’Auschwitz pour la paix et la réconciliation. Elle est également membre du comité sur la sécurité internationale de l’Académie américaine des arts et des sciences.