Édition 2019

 

Jeudi 2 mai 2019

17h00 – Enregistrement des participants

17h30 – 19h00 – Cocktail de bienvenue
Sous la présidence d’honneur de l’ex-Conseiller à la sécurité nationale et au renseignement du Premier ministre, Daniel Jean

Modération : Frédérick Gagnon, Titulaire de la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques, UQAM

 

 

Vendredi 3 mai 2019

7h00-8h00 – Arrivée des participants (petit déjeuner disponible)

 

8h15-8h25 – Mots de bienvenue des co-directrices scientifiques de la 5e édition du FSL :

  • Aurélie Campana, Professeure, Département de science politique, Université Laval
  • Marie-Joelle Zahar, Professeure, Département de science politique, Université de Montréal

 

8h25-8h40 – Mot de bienvenue

Modération : Louis Bélanger, Directeur intérimaire, École supérieure d’études internationales, Université Laval

  • Robert Beauregard, Vice-recteur exécutif, Université Laval

 

8h40 à 9h00 – Allocution d’ouverture

Modération : Louis Bélanger, Directeur intérimaire, École supérieure d’études internationales, Université Laval

  • Éric Caire, Ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale du Québec

 

9h00 – 10h30 – Panel 1 : Une nouvelle course aux armements ?

Ce panel porte sur l’intérêt grandissant des États pour les capacités et les démonstrations militaires, envisagées comme élément central de la puissance étatique sur la scène internationale. Les États entendent en effet moderniser leur arsenal nucléaire et l’adapter aux nouvelles réalités technologiques : missiles hypersoniques, révolution quantique. À l’heure de la projection vers Mars, l’Espace fait l’objet de nouveaux appétits de la part des puissances internationales. Le contrôle de l’Espace signifierait ainsi une liberté accrue dans les domaines du renseignement et des missiles balistiques. La robotique et l’intelligence artificielle semblent également être au cœur d’une nouvelle course aux armements qui pourrait finalement redessiner les équilibres stratégiques.

Modération : Jonathan Paquin, Professeur, Département de science politique, Université Laval

  • Aude Fleurant, Directrice, Programme des armements et des dépenses militaires, Institut suédois pour la recherche sur la paix internationale (SIPRI), Stockholm
  • Sébastien-Yves Laurent, Professeur et Vice-Président en charge des Enjeux de société, Université de Bordeaux, Bordeaux
  • Igor Delanoë, Directeur-adjoint, L’Observatoire, Centre d’analyse de la CCI France Russie, Moscou

 

10h30 – 11h00 – Pause santé

 

11h00 – 12h15 – Panel 2 : Le retour du mercantilisme ?

Depuis la fin de de la Seconde Guerre mondiale, le commerce international reposait sur la doctrine du multilatéralisme qui devait générer une richesse collective. La guerre commerciale engagée par le président des États-Unis contre ses adversaires, mais aussi contre ses principaux partenaires et alliés, incite à se questionner sur le retour du mercantilisme. On parle aujourd’hui de néomercantilisme, autrement dit de nationalisme économique. Le commerce international ne viserait plus à entretenir des liens et, partant, à entretenir la paix, mais plutôt à dominer, à marchander chaque ouverture, à n’offrir aucune concession, ce qui entraîne un repli sur soi. Quel impact auront ces rivalités commerciales sur les relations de sécurité?

Modération : Éric Desrosiers, journaliste, Le Devoir

  • Marie-France Paquet, Économiste en chef, Affaires mondiales Canada
  • Yves Tiberghien, Directeur émérite de l’Asian Research Institute, Université de Colombie-Britannique, Vancouver
  • Richard Ouellet, Professeur, Faculté de droit, Université Laval

 

12h30 – 14h00 – Déjeuner– Causerie : Vers une géopolitique de la paix

Modération : Ben Rowswell, ex-Ambassadeur, Président et Directeur de recherche, Conseil international du Canada, Toronto

  • Youssef Mahmoud, Conseiller senior, Institut international pour la paix, New York

 

14h15-15h30 – Panel 3 : Les limites de la puissance : Les défis des migrations humaines et des changements climatiques

Les crises migratoires qui secouent l’Union européenne, l’Amérique du Sud et les États-Unis montrent que les moyens colossaux investis pour tenter de bloquer ces migrants restent vains et induisent des accrocs aux droits de la personne. D’où vient l’impuissance des États de départ et d’accueil à réguler ces flots de migrants?  La lutte contre les changements climatiques se heurte à d’autant plus de scepticisme que les effets de la crise climatique sont diffus. De plus, les tentatives s’opposent aux préoccupations de croissance économique, d’emploi ou de pauvreté. Quelle gouvernance à adopter? Quels liens entretenir avec les logiques économiques?

Modération : Éric Théroux, Sous-ministre adjoint, ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les Changements climatiques du Québec

  • Catherine Wihtol de Wenden, CERI, Sciences-Po, Paris
  • Mariam Traore Chazalnoel, Experte associée, Organisation internationale pour les migrations, New York
  • Karel Mayrand, Directeur-général Québec et Atlantique, Fondation Suzuki, Montréal
  • Patrick Bonin, Responsable de la campagne Climat-Énergie, Greenpeace Canada, Montréal

 

15h30 – 16h00 – Pause Santé

 

16h00 – 17h30 – Panel 4 : Cybersécurité, manipulation des perceptions et crispations internationales

Le numérique est-il devenu incontrôlable ? Les cyberattaques quotidiennes contre les gouvernements et les entreprises nationales, les manipulations malveillantes de l’information ainsi que les tentatives de contrôles des données informatiques sont autant d’exemples des dérives d’Internet. Personne ne parait être à l’abri. Alors, comment lutter contre ces phénomènes ? Nos démocraties sont-elles armées pour y faire face ? Comment assurer la sécurité du Net ? Peut-on véritablement enrayer les campagnes de désinformation ou doit-on se résigner à vivre avec ?

Modération : Valérie Gaudreau, rédactrice en chef, Le Soleil

  • Katya Drozdova, Professeure agrégée de science politique, Seattle Pacific University, Seattle
  • Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, Directeur, Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM), Paris
  • Éric Belzile, Directeur général, Gestion des incidents et atténuation des menaces, Centre canadien pour la cybersécurité, Centre sur la Sécurité des télécommunications, Ottawa
  • Raouf Farrah, Analyste en chef pour l’Afrique, Groupe SecDev, Ottawa

 

17h30 – Allocution de clôture

Modération : Magdalena Dembinska, Directrice du Centre d’études et de recherches internationales de l’Université de Montréal (CÉRIUM)

  • Robert Keating, Sous-ministre, ministère des Relations internationales et de la Francophonie